La théorie des nombres en voyance

Le Nombre est un être du plan spirituel. Il a ses lois particulières de construction et d’évolution et son étude est une des plus importantes que puisse poursuivre l’occultiste.
Mais, avant d’aborder cette étude, il est nécessaire de faire certaines distinctions importantes.
La première, c’est de distinguer l’étude quantitative des nombres telle qu’elle est
poursuivie par les mathématiciens actuels, de l’étude qualitative telle qu’elle était
poursuivie dans les centres d’initiation de l’antiquité.
Cette remarque est du reste générale pour tout ce qui con-cerne l’occultisme. Le
contemporain sourit à la pensée que le nombre 4 pourrait agir comme un être vivant
dans le plan des «idées-forces» ou même qu’il représente, dans le monde des lois,
une clef qui ouvre bien des portes encore fermées.
La seconde distinction établir, c’est de ne pas confondre les Nombres qui sont des
êtres, avec les Chiffres qui sont leurs habits. Un homme habillé de vert, de jaune ou
de noir est toujours lui-même. Un nombre figuré par un caractère chinois, ou sanscrit,
ou romain, ou typographique actuel est toujours lui-même. Or la question
chiffre a bien souvent embrouillé la question nombre.
Enfin la dernière distinction établir est que l’étude des nombres embrasse de multiples
adaptations. C’est un véritable monde intellectuel. Des auteurs nombreux ont
consacré leurs veilles cette étude.
L’antique livre cabbalistique « Le Sepher Jesirah » (1) traite des nombres et de leurs
rapports analogiques. Toutes les écoles dérivées des pythagoriciens et des néo-platoniciens
suivent la même voie.
CORNEILLE-AGRIPPA dans sa Philosophie Occulte (2) con-sacre presque tout un
volume aux nombres étudiés qualitative-ment et dans leurs correspondances. Plus près
de nous L. C. DE SAINT-MARTIN (3) et ECKARTSHAUSEN (4) ont aussi laissé des
études profondes sur ce sujet. ELIPHAS LEVI (5) et STANISLAS DE GUAITA (6)
ainsi que moi-même a propos du Tarot avons aussi abordé ce problème (7).
Nous allons essayer de mettre un peu d’ordre dans cette étude des nombres. C’est
une introduction à la lecture des auteurs que nous chercherons à établir.
Un peu de clarté dans les ténèbres tel est notre seul but.
Pour nous efforcer d’être clair nous allons procéder par étapes. L’étude des
nombres est, en effet, si complexe, que si l’on vent faire en même temps de la philosophie,
du calcul, et des adaptations analogiques, tout s’embrouille et devient obscur.
Nous aurons donc revenir plusieurs fois sur le même sujet, chaque fois avec plus
de détails, et ainsi nous pourrons aborder successivement les diverses adaptations
utiles à connaître.

L’astrologie est une science, mais surtout un art

Durant c’est trente dernières années, l’astrologie a pris un essor prodigieux, grâce aux efforts, à la compétence et au dévouement de chercheurs érudits. Leurs travaux ont réduit à néant les critiques formulées contre l’astrologie et contribuer à ébranler le scepticisme de beaucoup.
D’autres ont cherché à mettre aux points divers systèmes de prévision. Ainsi on a enregistré une importante série d’exposer savants et pleine de mérite sur les méthodes anciennes et nouvelles de domification et de directions. Ces recherches ont fait progresser la partie mathématique de l’astrologie, la cosmographie et les statistiques continuant les sources principales de l’argumentation.
Certes, ces efforts méritent tous les éloges. Grâce à eux, l’astrologie repose sur des bases plus acceptables vis-à-vis de la science officielle. Nous demandons toutefois si « l’esprit » astrologique n’a pas été quelque peu négligé en faveur de la « forme ». En effet, si l’on a beaucoup disserté sur la valeur de l’instrument, on en dit que peu de choses sur la manière de s’en servir. Ainsi, malgré les progrès avisés, l’étudiant qui, à grand-peine, c’est assimilé des théories et des systèmes de calcul et se trouve devant une carte du ciel ou un relevé des directions, éprouve encore de grandes difficultés à en tirer des conclusions personnelles.
C’est surtout dans le domaine de l’interprétation que les chercheurs devront porter leurs efforts dans l’avenir si l’on veut que l’astrologie ne devienne bientôt une science stérile. Il y a encore beaucoup à défricher et beaucoup reconstruire, mais ce travail doit être fait d’une façon intelligente. Tout l’avenir de l’astrologie en dépend. Nous voudrions simplement ouvrir la voie dans ces recherches et par nos suggestions et nos conseils, faire bénéficier les autres de notre expériences.

L’art divinatoire par la cartomancie

Il existe de nombreuses autres méthodes divinatoires utilisables avec le support des cartes à jouer. Celles qui ont été sélectionnées pour vous peuvent être considérées comme les moins complexes, les plus facilement assimilables…
Quel crédit peut-on accorder aux prédictions obtenues ?… À vrai dire, les avis sont partagés. Ce serait malhonnête de le passer sous silence, certains cartomanciens vont jusqu’à écarter les cartes à jouer. D’autres professionnels de la cartomancie ne jure que par les cartes à jouer. En fait nombreux sont ceux qui les utilisent parallèlement aux tarots.
En fait, c’est une cause incontestable, les tarots, notamment celui de Marseille, conviennent tout particulièrement pour éclairer les problèmes majeurs de l’existence humaine, leur langage ésotérique imposant une démarche divinatoire approfondie, quasiment sacré, alors que les cartes à jouer, tout en ayant l’avantage d’aborder un domaine plus vaste et plus détaillé, offrent un panorama superficiel, presque frivole. Contrairement aux tarots, on peut dire que les cartes ne cherchent pas à explorer les aspects déterminants de la vie de l’individu.
Quoi qu’il en soit, tous les cartomanciens sont d’accord sur le point suivant : qu’il s’agisse de tarots, de cartes à jouer, la personne qui consulte doit être conditionnée, doit croire à la cartomancie, faire confiance à qui interprètent les lames, condition nécessaire pour que celle ci parlent, dévoilant les secrets du passé, du présent et du futur…

Poissons (du 19 février au 20 mars)

Le signe des Poissons et toute douceur, souplesse, mystère. C’est un tempérament « psychique », sensible et vulnérable, qui manque de force vitale.
La violence est, pour lui, un véritable traumatisme. Il a besoin d’être affectueusement entouré ou de s’appuyer sur une personnalité plus forte. Sa gentillesse le fait et apprécié de tous, mais son esprit de dévouement peut le réduire en esclavage. En effet, il se trouve souvent dans la situation d’avoir à se sacrifier ou à être sacrifié. Il est facilement « vampirisé » par autrui.
Vite fatigué, la foule, l’agitation, la hâte, l’épuisent. S’il n’a pas un aspect stimulant de Mars ou d’Uranus dans son horoscope, sa nonchalance peut aller jusqu’à la paresse tout court.
Le poisson se prend assez volontiers pour un martyr. Il cherche à fuir les réalités pénibles par le rêve, mais aussi, hélas ! Par l’alcool ou la drogue. Cela lui est des plus nuisibles, car il n’a pas la force de volonté d’échapper à leur emprise. C’est au contact de la nature, de l’immensité de la mer, de la musique ou de la poésie qui récupérera le mieux. Et aussi par des séjours tonifiants au bord de l’océan. Tout ce qui vient de la mer le stimule et lui apporte l’élément iodé dont il a besoin. Une excellente cure pour lui et la thalassothérapie. L’homéopathie lui réussit aussi assez bien ainsi que les oligo-éléments plutôt que les médicaments un peu trop actifs pour son tempérament délicat est facilement perturbé.

Verseau (du 20 janvier au 18 février)

le verseau, ainsi que celui qui a une forte influence de la planète Uranus dans son horoscope, est un individualiste à toutes épreuves. Il aime à enrichir son esprit, à voyager pour apprendre, à rencontrer des gens pour connaître leur point de vue. L’humanité l’intéresse, tout en restant lui-même détaché. Le type Verseau-Saturne et plus introverti, attaché à la vie intérieure, tandis que le Verseau-Uranus chercheurs plus à transformer et à modifier les conditions extérieures. Mais ils sont incapables de vivre dans le mensonge. Sa sincérité le fait passer pour original…
Tantôt fantasque et humoriste, tantôt froid et détaché, il est souvent difficile et surtout très porté à l’esprit de contradiction. Il tend à aller jusqu’au bout de ses réserves ce qui lui donne ses sautes d’humeur. Le surmenage le guette alors.
Le verseau est très sensible à la qualité de l’air qu’il respire. Un air tonique et pur lui fera plus de bien que les traitements ou exercices. Les orages le dynamisent. Le froid le paralyse. D’ailleurs la chaleur lui et essentielle, qu’elle provienne des conditions atmosphériques ou des rapports humains. Il est aussi très sensible aux forces occultes ou magnétiques. Les grandes villes, le bruit, l’énervent et le vident de son tonus vital. Il a besoin alors de cures de silence et de solitude, surtout si elle se font en face du spectacle grandiose et sauvage de la nature, cela lui apporte un sentiment d’expansion cosmique…

Capricorne (du 21 décembre au 19 janvier)

Le capricorne, surtout si il a plusieurs planètes placées dans son signe, et un réaliste et ambitieux. Il désire rester seul et risque de le rester, sa réserve lui faisant rater maintes bonnes occasions. Il se sentira alors frustré et méconnu.
Mais c’est aussi un grand travailleur est un excellent organisateur, au sens du devoir très développé. Le repos lui est absolument nécessaire, car il est toujours crisper et préoccupé. De plus, sa mauvaise digestion le porteur au pessimisme. En fait, il est souvent patraque et souffre de mille douleurs tout en s’acheminant, en fin de compte, vers une longue vieillesse, car le capricorne est un signe de longévité.
Des séjours ou des promenades en forêt, de pins de préférence, rétablissent son équilibre moral et physique. S’il désire une maison pour ses week-ends ou pour y finir ses jours, une propriété dans les pins serait pour lui une source de bien-être et même un porte chance.

Sagittaire (22 novembre au 20 décembre)

le sagittaire piaffe, il hume le vent de cette liberté dont il a tant besoin, il galope au grand air donc il ne peut se passer. Il est toujours prêt pour l’aventure, que ce soit dans le domaine de l’action ou dans celui des idées. Son intérêt pour la vie et les gens lui conserve sa jeunesse.
C’est avant tout un tempérament sain. Il lui faut dépenser son excès d’électricité par le mouvement. L’équitation, et son dérivé actuel la moto sont ses meilleurs atouts pour se maintenir en forme. Il est chasseur mais, bienveillant envers les bêtes, c’est surtout pour le plaisir de la marche et des grandes randonnées en plein air que cela lui procure. Tout exercice à la campagne et dans les bois assurent le bon équilibre physique des hommes ainsi que la ligue des femmes.